Studio Table

Maurice Lefebvre

Maurice Lefebvre

Design appliqué: Le cocktail

September 3, 2013, by Maurice, category Blog

Le design est simplement un regroupement de méthodologies pour aborder la résolution de problèmes avec le but de créer ou faire évoluer un produit. Quelle que soit la nature du produit, l’outillage de base du designer demeure le même ce qui, techniquement, permet à un designer versatile de passer d’un type de produit à l’autre sans trop de problèmes d’adaptation.

Dans le but de développer et maintenir une approche flexible et versatile, je crois qu’il convient de s’entraîner constamment à aborder des types de produits variés avec lesquels l’on a moins l’habitude de travailler.

———

Aujourd’hui nous allons aborder la mixologie, soit la science des cocktails.

Les cocktails existent depuis très longtemps.  Déjà les Grecs et les Romains buvaient leur vin coupé avec de l’eau et du miel, de l’eau de mer, du jus de fruits, fumaient leur vin, etc. En fait, les chances sont que l’homme s’est mis à mélanger son alcool depuis qu’il a maîtrisé la fermentation et la distillation.

Le terme cocktail est apparu pour la première fois en 1798 dans un journal londonien. Il fut définit en 1806 dans un journal américain comme étant un mélange d’alcool, de sucre, d’eau et d’amers. Le mélange d’herbes composant les amers sont réputés thérapeutiques, et le breuvage avait la fonction d’un fortifiant.

Bien sûr l’explosion de popularité des cocktails s’est produite durant la prohibition, alors que le mauvais goût de l’alcool frelaté devait être dissimulé par des jus de fruits.

Assez d’histoire, parlons design.

Il y a deux approches au design : l’approche innovante, dans laquelle le produit est réinventé,  et l’approche évolutive, dans laquelle le produit change d’une façon plus progressive. L’intérêt des cocktails est qu’il est relativement facile de voir la différence entre ceux qui sont le fruit d’une approche et ceux qui sont le fruit de l’autre.

Le Bloody Mary par exemple est un pur produit innovant, créé dans les années 20s par un mélange complexe de saveurs disparates incluant vodka, jus de tomate, raifort, olives, bouillon de bœuf, sauce Worcestershire, sauce Tabasco, céleri, poivre, Cayenne, sel, et citron.  Le Flaming Homer de la série The Simpsons est un autre exemple de mélange ridiculement inattendu.

Le Martini est un cas intéressant. Composé de gin, vermouth blanc, d’une olive et d’un zeste de citron, il a d’abord été soumis au fil du temps au plein éventail des approches de design. L’approche évolutive pure est la plus apparente avec le ratio gin/vermouth en changement constant (de 1 :1 au début du XXe siècle a aussi peu de 100 :1 de nos jours). Un mélange des approches évolutives et innovantes a substitué le gin pour de la vodka, avec pour résultat le Vodkatini si populaire que bien souvent à la demande d’un martini c’est un Vodkatini que l’on vous sert. Ce simple changement a réellement ouvert la porte à l’innovation : la vodka est un alcool neutre qui se prête magnifiquement aux mélanges et à l’aromatisation. Soudainement le martini à la vodka devient l’un des cocktails les plus versatiles avec l’ajout de certains ingrédients (comme c’est le cas avec le Appletini) ou en substituant la vodka nature pour une vodka aromatisée habituellement aux fruits, aux herbes, ou aux épices, bien qu’il existe des vodkas aromatisés à n’importe quoi incluant à la tomate ou au concombre, au bacon, au scorpion, au serpent à sonnette, au chili naga, au wasabi, et bien sûr aux beignes glacés et au popcorn simplement parce que.

Si certains cocktails sont le produit d’une évolution constante avec de grandes doses d’innovation, d’autres sont dès le départ conçus pour être adaptés. Et j’ai nommé le Old Fashioned.

Connu de nos jours comme un mélange de whisky, sucre, amers, un zeste de citron et servi sur glace, le Old Fashioned est en fait une formule et non une recette : alcool + sucre + amer + aromate et servi sur glace. Au début du siècle il y avait plusieurs Old Fashioned : avec du brandy, du gin, etc. Le nom fait référence à la façon ancienne de faire des cocktails (rappelez-vous la définition de 1806).

Exercice de design : créer un cocktail

En tant qu’exercice, je me suis donné quelques buts :

  • Partir avec un thème fort et un but clair
  • Comprendre les fondements du produit (ici, la formule utilisée)
  • Comprendre le rôle des composantes
  • Voir comment on peut faire évoluer le produit
  • Voir comment on peut innover avec le produit
  • Tester et ajuster pour que le résultat soit conforme au thème
  • Tester encore parce qu’il reste du whiskey

J’ai donc choisi de créer une évolution du Old Fashioned parce que c’est simple et ça laisse une belle place à l’innovation et l’originalité. Mais le Old Fashioned est un « cocktail d’homme » et il faut que cet esprit demeure à l’avant plan de mon projet.

Le résultat :

La Cabane à Sucre

  • 2 oz de whiskey canadien (prenez du vrai rye, pas un mélange comme du Canadian Club)
  • 1 cuillère à table de sirop d’érable (un plus foncé aura un goût plus authentique)
  • 2 gouttes d’Angustura Bitters
  • Faites fumer le cocktail pendant 30 secs à une minute en utilisant des copeaux de bois dur (ou si vous êtes pressé 1-2 gouttes de fumée liquide vous donneront l’idée de ce que ce cocktail devrait goûter)
  • Idéalement mélanger avec un bâtonnet recouvert de tire d’érable fraîchement prise sur la neige, et laissez le bâtonnet dans le verre au moment de servir.

Le but de ce cocktail est de vous rappeler les sorties à la cabane à sucre de grand-père. C’est un cocktail conçu pour être d’abord surprenant puis nostalgique, qui donne l’impression d’être solidement ancré dans la tradition québécoise. La fumée et le sirop d’érable supportent la robustesse du rye à merveille.

L’art de fumer un cocktail ne vient pas de moi. Il s’agit d’une variation intéressante aux cocktails traditionnels issue des concepts de cuisine moléculaire. C’est possible à réaliser à la maison avec un peu d’ingénuité et de préparation, bien que l’utilisation d’un enfumeur à cocktail rende l’opération vraiment simple.

———

Le design n’est pas une formule. C’est autant de l’art que de la science, mais il utilise des principes et des outils qui permettent d’encadrer et d’aborder tout projet de façon familière, quel que soit la nature du projet et son besoin d’innovation.

So, what do you think ?